· 

Une quatrième étoile...

Ce matin, Le restaurant Paul Bocuse a perdu publiquement sa troisième étoile, tristesse et amertume, mais au delà de cette bien mauvaise nouvelle deux ans après le décès du "Père", c'est toute une profession qui va réagir désormais sur l'impact et la déontologie des guides.

Faut-il redistribuer les cartes et revenir à l'essentiel. En effet, le ressenti actuel est que la profession se désintéresse progressivement de ce système de classement construit par des avis tiers. Redonner aux professions, du sens par la maîtrise de leur visibilité et l'implication à l'économie locale pour remettre le produit en circuit court au cœur du dispositif. Une perspective et une "trace" à ouvrir pour construire une relation différente entre le restaurateur et son client basée sur l'éthique et non plus sur les paillettes.

Alors merci encore Monsieur Paul, de nous donner ce droit de contester maintenant les distinctions et autres avis sur un métier difficile. Reprendre l'initiative sur son savoir faire plutôt que d'être à la merci de nouveaux critiques gastronomiques, vous resterez notre père à tous.

Et en ce jour, l'ensemble des restaurateurs, cuisiniers, maîtres d'hôtel, personnels de service vous attribuent une quatrième étoile...